Fabienne, qui es-tu ?

Mon premier est le dessin.

Mon second est le monde du vivant.

Mon troisième est le collectif.

Mon quatrième est la découverte.

Mon tout combine ces 4 dimensions dans un projet singulier.   

 

A l’école maternelle, je collectionnais les bons points et les images grâce à mes dessins : mes bonhommes têtards ressemblaient plus à des bonhommes, qu’à des têtards.

Plus tard, j’ai développé ma pratique du dessin dans des ateliers où j’ai été encouragée à expérimenter de nouvelles techniques. Ma curiosité et mon côté touche-à-tout y ont vu des horizons nouveaux à explorer. Ce n’est que plus récemment que je suis venue au croquis. Pris sur le vif et moins détaillé, un croquis se focalise sur l’instantané et le ressenti.

Esprit de découverte, observatrice du monde qui m’entoure, j’ai finalement choisi d’étudier la biologie. Ce que j’aime avant tout dans les sciences de la vie, c’est la vie justement, et l’intelligence du vivant. Je fais partie de ces gens qui s’émerveillent devant la disposition des feuilles le long de la tige d’une fleur, et de ceux qui s’arrêtent pour regarder une fourmi transporter une charge énorme jusqu’à la fourmilière.

De la biologie, j’ai bifurqué vers l’agronomie, science liée à l’agriculture. J’ai exercé mon métier d’agronome en tant que journaliste, consultante aux entreprises du secteur de l’agroalimentaire et chef de projets au service de filières agronomiques. J’ai rencontré dans cet univers beaucoup de belles personnes, sensibles et attachées à leurs valeurs, qui produisent et nourrissent.

Voyageuse et amoureuse de la marche à pieds, je suis grande amatrice de randonnées en itinérance et de treks. La nature est vaste, belle, puissante, surprenante, inattendue, inventive, colorée. Elle me ressource dans toutes ces dimensions. Les voyages sont des espaces temps propices à se laisser surprendre par le monde et par les autres. Les rencontres sont toutes aussi vastes, belles, puissantes, surprenantes, inattendues, inventives et colorées que la nature. Et comme elle, les rencontres me ressourcent.

 

Ce parcours m’a également amenée à comprendre que je tire ma plus grande motivation en travaillant au service du collectif. Je pense que chacun a une pierre à apporter à une construction commune et je suis convaincue que 1+1 peut être supérieur à 2 : je crois à la co-construction et à la co-création.

 

Aujourd’hui, je combine l’ensemble de mes dimensions en proposant de faciliter le travail collaboratif. Pour cela, je peux utiliser le dessin et la pensée visuelle.


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer